18 juin 2007

même

En face de Libertalia, même les barrières de chantiers sont rastas

La pelleteuse assassine n'est plus là, ouf!
Du coup, il y a du métal à récupérer
Un paquet, même
Ça tombe bien, nos ferrailleurs sont passés par ici
ils repasseront par là.

9 commentaires:

Rosalie a dit…

Bon, les gamines sont allées se coucher et plus personne devant l'ordi. En fond, «Mejor no hablar de ciertas cosas», le jardin primitif, dans la cave, mais pourtant j'écris. Ailleurs comment appeler ces manifestations? Les laisser tranquilles encore, car qui comprendra? A+

edgar a dit…

Les joyeuses colonies de vacances ?
Mais bon, si tu arrives à écrire, entre deux, c’est l’essentiel... Pourvu que ça dure !

Rosalie a dit…

Joyeuses, joyeuses... Bon, on ne va pas se plaindre non plus. Ecrire, ce n'est pas tant le divertissement perpétuel des allées et venues, les dérangements, les alertes qui me retiendront maintenant. Mais beaucoup m'y pressent qui aussi le redoutent.

Pour l'heure, la pluie vient de cesser. Les bay fall se sont dispersés sous le déluge et la maison est paisible.

edgar a dit…

Heureusement que c'est pas "après les Bay fall le déluge"! Car ils reviendront.

A ce propos, en légende d'une vidéo (voir les tuniques patchwork arc-en-ciel) j'ai trouvé le texte suivant:

« Il faut souligner que le mot Baay Fall vient de la langue Wolof. Il est composé de ''baay'' et ''Fall''. ''Baay'' signifie le père alors que '' Fall'' est un nom que porte une grande partie de la communauté wolof. C'est aussi le patronyme du fondateur de la famille des ''Baay Fall''. Donc littéralement Baay Fall voudraient dire '' Père Fall''. De fait, le wolof fait précéder du mot ''Baay'', les phénomènes qu'il qualifie, en y incluant la notion de propriété individuelle. Ainsi, on dira ''Baay Sikim'', parce que l'homme dispose d'une barbe peu ordinaire. On peut utiliser également le mot ''baay'' pour magnifier une personne, une réalité, etc. »

http://www.youtube.com/watch?v=N3FWg67vgZ8

Il y a des articles à écrire...

JKRX a dit…

Se rappeler que Baye signifie père en Wolof, voilà qui dévoile certes quelques ressorts psychiques du phénomène. La barbe déjà chez les grecs tendra à s'associer aux représentations de la philosophie. Quant aux racines de ce phénomène, j'aime bien la version d'Issouf qui dans un conte fait remonter l'invention de certains traits caractéristiques aux baye fall modernes, vestimentaires en l'occurrence, à un vieux père Fall, mais prénommé Ibrahim et non Lamb :

Qu'en pense les nôtres ?
L'histoire du pantalon Bay-Fall

edgar a dit…

Je sais bien que c'est un conte, mais: "Il enseignait dix mille élèves par an"? waou!

En tous cas c'est vrai qu'elle est sympa cette version, et rien à voir avec les Mourides cette fois.

Faudra-t-il vraiment aller à Touba pour s'y retrouver?

JKRX a dit…

Peut-être pas. Déjà une version plus officielle. Sur les forums se retrouve la polémique classique, sans débat, binaire bay-fall = voyou sous couvert de mystique, sans que personne n'identifie ici la force de la comunauté dont a su usé l'Islam dans l'existence de ce mouvement, n'y une voie nécessaire. Babylone.

.... a dit…

erratm: ni y voit une voie...

.... a dit…

Le lien:

Les religions au Sénégal

DE CES NOTES PRISES DANS LES MARGES DES LIVRES ET D'AUTRES CHOSES ENCORE...